Revue de presse fin février 2020

En dehors de l’article récent qui a présenté notre liste dans l’Est Républicain, les articles de presse qui parlent de nous paraissent de plus en plus nombreux à l’approche du premier tour, dimanche 15 mars.

  • Dans le dossier de l’Est Républicain sur le thème de la culture pour les élections, des points importants sont retranscrits :

« Nous notons le désintérêt total du maire et de l’équipe municipale pour la culture », « la réduction des effectifs à la bibliothèque », « la destruction des structures d’éducation populaire dans les quartiers »

article de l’Est Républicain du 23 février 2020

Cependant, si l’article mentionne nos « 45 propositions, 45 fiches développées, « fruit d’un travail de groupe de réflexion qui a œuvré d’août 2019 à janvier 2020 » », nos projets pour la culture à Belfort ne sont que brièvement évoqués. Cela n’est pas grave, vous pouvez bien sûr tout retrouver sur notre page programme.

  • Dans le dossier de l’Est Républicain sur le thème de l’école :

« Mathilde Nassar prône, elle, le retour du parcours de réussite éducative, qui vise à prendre la santé de l’enfant de manière globale. « Ce dispositif a pour but la prise en charge individualisée, à partir de 2 ans, d’enfants en « fragilité » sur la base de critères multiples : santé physique, développement psychique et psychologique, contexte familial, facteurs socio-économiques et environnementaux. »

[Elle souhaite aussi] « développer les liens entre les musées et les établissement scolaires ». Là encore, elle prône une intervention plus régulière des professionnels dans les écoles ainsi que la gratuité des transports lors des sorties. »

[D’autre part], objectif 100% de bio et de local à la fin du mandat pour Mathilde Nassar, [et] amélioration du dispositif « Passeport pour la forme ». »

Articles de l’Est Républicain du samedi 29 février 2020
  • Un dossier sur la démocratie locale est paru dans l’Est le 1er mars. Nos nombreuses mesures sur ce thème qui nous tient à cœur ne sont que citées (pour respecter une publicité égale pour toutes les listes dans la presse), et encore pas toutes : RIC, éducation populaire sur la démocratie, davantage de représentativité avec une direction collective pour la gouvernance du Grand Belfort, 6 véritables mairies de quartier, un service de médiation indépendant, limite du cumul des mandats pour les élus et refonte des indemnités, des conseils de citoyens indépendants en remplacement des conseils de quartier, pour associer véritablement les habitants aux décisions.

Dans la presse : ‘« Il faut changer les règles du jeu »’, un article pour présenter notre liste

L’Est Républicain a publié aujourd’hui un article pour présenter notre liste et ses particularités aux électeurs de Belfort.

Voici quelques extraits des citations de Mathilde Nassar, notre tête de liste pour les municipales, qui ont été relayées dans l’article :

– « Il faut changer les règles du jeu[,] privilégier une approche collective [et] repenser tout le fonctionnement [de la politique locale]. »

– En insistant sur la démarche écologique de la liste : « C’est dans notre ADN, ce n’est pas juste cosmétique comme chez les autres »

– « La solution [aux problèmes de la ville] ne peut être que collective. »

L’article de l’Est Républicain de présentation de la liste « 2020 en commun pour Belfort », le 29 février 2020

Revue de presse début février 2020

Voici des extraits d’articles liés de près ou de loin à notre campagne, publiés récemment.

  • Un article de France Bleu, « Municipales dans le Territoire de Belfort : des salariés de General Electric candidats« , qui cite un de nos candidats :

C’est le cas à Belfort ou Alain Ogor est candidat sur la liste « 2020 en commun » de Mathilde Nassar. Le délégué CFDT se voit comme un lanceur d’alerte au sein d’une équipe municipale. « On l’a vu chez Alstom et plus récemment chez General Electric. Les syndicalistes sont des relais. On est informés en amont de ce qui va se passer. Donc, les élus locaux le seront aussi. On peut servir de relais pour l’équipe municipale. Ça peut apporter un plus en cas de grosse restructuration comme on le connait aujourd’hui chez GE », explique Alain Ogor.

https://www.francebleu.fr/infos/politique/territoire-de-belfort-des-salaries-de-general-electric-candidats-aux-municipales-1580832373
  • un article de Reporterre, « Agir localement pour changer l’avenir », qui invite les citoyens à s’investir dans la vie politique locale et en particulier pour ces élections municipales, qui est exactement la démarche que la plupart des citoyens de ‘2020 en commun’ ont entreprise :

« C’est à l’échelon le plus local et dans la plus grande proximité que nous pourrons rénover notre démocratie », écrivent les auteurs de cette tribune. Qui en appellent à l’engagement local de toutes celles et ceux souhaitant ouvrir un nouvel horizon commun.

https://reporterre.net/Agir-localement-pour-changer-l-avenir
  • Un autre article de Reporterre, « Élections municipales, la course à l’écologie « , qui fait écho aux discours étonnant à propos de l’écologie de certains candidats locaux que vous reconnaîtrez sûrement…

Les 15 et 22 mars prochains, les près de 36.000 communes françaises renouvelleront leur conseil municipal. Le discours de tous les candidats vire au vert pour de bonnes raisons mais l’écoblanchiment n’est jamais loin. Alors que s’impose l’urgence de la transition écologique et du renouveau démocratique, Reporterre vous aide à y voir clair dans les enjeux de ce scrutin.

https://reporterre.net/Elections-municipales-la-course-a-l-ecologie
  • Un article du Trois, « Le pôle métropolitain doit imaginer le nord Franche-Comté », qui rappelle que beaucoup de facteurs de notre vie quotidienne se jouent au niveau métropolitain (attractivité de la région, hôpital, développement économique, promotion de l’innovation, transports dans l’aire urbaine, gare TGV, …), et que peu de choses ont évolué sur ce point depuis la création du pôle métropolitain Nord Franche-Comté en 2016. Repenser ce processus de création pour surmonter les difficultés et avancer concrètement fait aussi partie de notre projet, puisque Belfort a un grand rôle à jouer dans cette mise en place d’un pôle métropolitain efficace.

En 2016, le pôle métropolitain Nord Franche-Comté est mis sur les rails. Enfin. […] les atermoiements ont été nombreux. Depuis l’arrivée, en 2014, de Damien Meslot à la présidence du Grand Belfort […], le dossier devait aller vite. Finalement, la feuille de route n’a été validée que le 24 janvier 2020, à la veille des élections municipales.

https://letrois.info/a-la-une/le-pole-metropolitain-doit-imaginer-le-nord-franche-comte/
  • Alors que notre président dit avoir une révélation sur l’écologie à la veille des élections municipales, voici un exemple parmi de nombreux autres pour réaffirmer qu’il y a de nombreuses mauvaises décisions à rattraper pour avoir un minimum de crédibilité. Un article « La France ne respecte pas ses engagements de l’Accord de Paris sur le climat » de Reporterre :

M. Macron se pose en champion du climat. Mais la France ne respecte toujours pas l’Accord de Paris et n’a pas remis ses contributions rehaussées, prévues par le traité. […] La France doit aussi livrer sa feuille de route en matière d’énergie et de climat à l’Union européenne : on l’attend toujours.

https://reporterre.net/La-France-ne-respecte-pas-ses-engagements-de-l-Accord-de-Paris-sur-le-climat
  • Enfin, un article du Trois pour rappeler un autre grand enjeu de notre campagne, l’emploi. Les villes n’ont pas de nombreuses compétences dans ce domaine (qui ne relève pas des mairies dans l’organisation territoriale française), mais 2020 en commun s’engage de toutes les manières possible pour favoriser l’emploi et l’attractivité (soutien au commerce de proximité, travail sur l’attractivité de la ville, développement des circuits courts, commande locale privilégiée pour les appels d’offre, développement de l’artisanat avec l’opération 5000 logements rénovés, …)

« La Bourgogne-Franche-Comté est à nouveau la seule région à perdre des emplois privés ce trimestre. Après un deuxième trimestre de baisse nette, les embauches de longue durée repartent (+ 0,9 %) en suivant la tendance nationale (+ 1,1 %). Au final, malgré un début d’année positif, la région perd plus de 1 760 postes sur un an dont la moitié dans l’intérim »

https://letrois.info/en-bref/lemploi-prive-continue-de-baisser-en-bourgogne-franche-comte/

Dans la presse : ‘Une permanence pour « Belfort en Commun »’

Voici un nouvel article de l’Est Républicain à notre sujet, paru hier matin, au sujet de l’inauguration de notre local de campagne : https://www.estrepublicain.fr/politique/2020/01/11/une-permanence-pour-belfort-en-commun

Cette permanence sera ouverte tous les matins de 10h à 12h et une réunion de la liste s’y tiendra chaque samedi à 10h. « Ces réunions sont ouvertes. Tout le monde peut y venir, précise Mme Nassar. »

https://www.estrepublicain.fr/politique/2020/01/11/une-permanence-pour-belfort-en-commun

Dans les journaux : « ‘Belfort en commun’ se transforme en liste »

Voici l’article de l’Est Républicain du 16 décembre 2019 à propos du dépôt de notre liste pour les prochaines municipales :


Mathilde Nassar, à sa tête, s’est officiellement déclaré candidate à la mairie de Belfort au sein d’un premier groupe de 22 candidats où l’on retrouve Europe Écologie Les Verts et la France Insoumise.

Le collectif « Belfort en commun » a présenté, vendredi soir, une première liste de 22 candidats pour les prochaines élections municipales à Belfort. On y retrouve cinq candidats Europe Écologie Les Verts (EELV), dont un conseiller municipal d’opposition sortant, René Schmitt, cinq candidats de la France Insoumise (FI) et douze candidats n’étant pas membres d’un parti politique.

Le nom de la tête de liste a été annoncé. Il s’agit de Mathilde Nassar, 39 ans, enseignante après avoir été directrice adjointe de la bibliothèque municipale de Belfort. Mme   Nassar a été très active dans le collectif « Culture pour Tous », créé pour défendre le budget de la bibliothèque locale. Elle n’est pas encartée dans un parti et n’a jamais eu de responsabilité politique.

Créé après les élections européennes sous l’impulsion d’EELV, le collectif est en discussion avec « Belfort 2020 » de Samia Jaber et accueillait en son sein les membres du GRS de Bastien Faudot. Ces derniers l’ont quitté pour travailler à leur propre liste de leur côté.

Liste encore ouverte

« Nous avons présenté 22 candidats mais il y en aura 45. Notre liste est ouverte et le restera jusqu’au bout. Ce n’est pas figé », répond Mme   Nassar à qui les dangers d’une forte division de la gauche au premier tour n’échappent pas (il faudra 10 % des suffrages exprimés pour être présent au second).

Trois priorités se dégagent de son discours : « l’environnement, le social, la démocratie ». « Ce sont trois urgences qui sont liées. La transition écologique nécessite d’adopter une vision à long terme, là où la gestion politique actuelle ne dépasse pas le court terme. Les deux tiers de la question de la transition énergétique concernent les communes. Il faut redonner aux Belfortains le pouvoir de vivre, qui est quelque chose qui va au-delà du pouvoir d’achat. Les gens aux revenus modestes sont majoritaires à Belfort. Il y a, enfin, une urgence démocratique. Il faut impliquer les gens, que les citoyens se réapproprient la chose publique », dit-elle.

Tous les candidats présentés par le collectif « Belfort en commun » ont signé la charte éthique Anticor et se sont engagés à respecter deux pactes, pour « la transition énergétique » et « le pouvoir de vivre ». Vendredi soir, dans son discours, Mme   Nassar a évoqué, comme mesure concrète sa volonté de procéder à la rénovation énergétique de 2000 logements à Belfort lors du prochain mandat et de « reconstruire un projet éducatif » municipal.