Plus de 500 listes citoyennes en France pour les prochaines municipales

Des listes citoyennes se sont constituées un peu partout dans le pays, il y en a plus de 500 selon le centre de recherches politiques de Sciences Po. 2020 en commun fait donc partie d’un vaste mouvement actuel qui cherche à replacer les habitants au centre de la politique locale, en s’appuyant sur la transparence, l’engagement et l’intelligence collective.

Nous en profitons pour relayer un article sur les réalisations de la démocratie citoyenne et participative à Saillans. C’est une petite commune de la Drôme qui fait partie de ces villes françaises où des citoyennes et citoyens se sont fait élire à la mairie en 2014. Le scrutin ayant créé la surprise, la commune drômoise a été relativement médiatisée pour cela (au même titre que Grenoble et sa tête de liste citoyenne, ou quelques autres villes encore). Cela a contribué à ce que leurs réalisations, innovantes et à l’écoute des habitants, inspirent ces milliers de personnes, non issues de la politique, qui sont actuellement engagées dans les municipales de 2020 en France pour contribuer à un avenir meilleur en s’engageant sur les vraies priorités (démocratie locale, écologie, justice sociale).

L’article est disponible ici, sur le site de Reporterre.

Quelques citations issues des interviews :

« Nous n’avions pas été élus pour mener la transition mais pour sortir de la verticalité du pouvoir, instaurer une forme de collégialité et de transparence. »

« c’est la première fois dans la vie de la commune que l’on prend réellement en compte ce thème [l’écologie]. Avant l’écologie était délaissée et considérée comme un sujet annexe ».

« Les spécialistes n’avaient jamais vu ça ! La démocratie participative accroît l’intelligence des décisions. Elle les rend plus fines et plus complexes »

Revue de presse début février 2020

Voici des extraits d’articles liés de près ou de loin à notre campagne, publiés récemment.

  • Un article de France Bleu, « Municipales dans le Territoire de Belfort : des salariés de General Electric candidats« , qui cite un de nos candidats :

C’est le cas à Belfort ou Alain Ogor est candidat sur la liste « 2020 en commun » de Mathilde Nassar. Le délégué CFDT se voit comme un lanceur d’alerte au sein d’une équipe municipale. « On l’a vu chez Alstom et plus récemment chez General Electric. Les syndicalistes sont des relais. On est informés en amont de ce qui va se passer. Donc, les élus locaux le seront aussi. On peut servir de relais pour l’équipe municipale. Ça peut apporter un plus en cas de grosse restructuration comme on le connait aujourd’hui chez GE », explique Alain Ogor.

https://www.francebleu.fr/infos/politique/territoire-de-belfort-des-salaries-de-general-electric-candidats-aux-municipales-1580832373
  • un article de Reporterre, « Agir localement pour changer l’avenir », qui invite les citoyens à s’investir dans la vie politique locale et en particulier pour ces élections municipales, qui est exactement la démarche que la plupart des citoyens de ‘2020 en commun’ ont entreprise :

« C’est à l’échelon le plus local et dans la plus grande proximité que nous pourrons rénover notre démocratie », écrivent les auteurs de cette tribune. Qui en appellent à l’engagement local de toutes celles et ceux souhaitant ouvrir un nouvel horizon commun.

https://reporterre.net/Agir-localement-pour-changer-l-avenir
  • Un autre article de Reporterre, « Élections municipales, la course à l’écologie « , qui fait écho aux discours étonnant à propos de l’écologie de certains candidats locaux que vous reconnaîtrez sûrement…

Les 15 et 22 mars prochains, les près de 36.000 communes françaises renouvelleront leur conseil municipal. Le discours de tous les candidats vire au vert pour de bonnes raisons mais l’écoblanchiment n’est jamais loin. Alors que s’impose l’urgence de la transition écologique et du renouveau démocratique, Reporterre vous aide à y voir clair dans les enjeux de ce scrutin.

https://reporterre.net/Elections-municipales-la-course-a-l-ecologie
  • Un article du Trois, « Le pôle métropolitain doit imaginer le nord Franche-Comté », qui rappelle que beaucoup de facteurs de notre vie quotidienne se jouent au niveau métropolitain (attractivité de la région, hôpital, développement économique, promotion de l’innovation, transports dans l’aire urbaine, gare TGV, …), et que peu de choses ont évolué sur ce point depuis la création du pôle métropolitain Nord Franche-Comté en 2016. Repenser ce processus de création pour surmonter les difficultés et avancer concrètement fait aussi partie de notre projet, puisque Belfort a un grand rôle à jouer dans cette mise en place d’un pôle métropolitain efficace.

En 2016, le pôle métropolitain Nord Franche-Comté est mis sur les rails. Enfin. […] les atermoiements ont été nombreux. Depuis l’arrivée, en 2014, de Damien Meslot à la présidence du Grand Belfort […], le dossier devait aller vite. Finalement, la feuille de route n’a été validée que le 24 janvier 2020, à la veille des élections municipales.

https://letrois.info/a-la-une/le-pole-metropolitain-doit-imaginer-le-nord-franche-comte/
  • Alors que notre président dit avoir une révélation sur l’écologie à la veille des élections municipales, voici un exemple parmi de nombreux autres pour réaffirmer qu’il y a de nombreuses mauvaises décisions à rattraper pour avoir un minimum de crédibilité. Un article « La France ne respecte pas ses engagements de l’Accord de Paris sur le climat » de Reporterre :

M. Macron se pose en champion du climat. Mais la France ne respecte toujours pas l’Accord de Paris et n’a pas remis ses contributions rehaussées, prévues par le traité. […] La France doit aussi livrer sa feuille de route en matière d’énergie et de climat à l’Union européenne : on l’attend toujours.

https://reporterre.net/La-France-ne-respecte-pas-ses-engagements-de-l-Accord-de-Paris-sur-le-climat
  • Enfin, un article du Trois pour rappeler un autre grand enjeu de notre campagne, l’emploi. Les villes n’ont pas de nombreuses compétences dans ce domaine (qui ne relève pas des mairies dans l’organisation territoriale française), mais 2020 en commun s’engage de toutes les manières possible pour favoriser l’emploi et l’attractivité (soutien au commerce de proximité, travail sur l’attractivité de la ville, développement des circuits courts, commande locale privilégiée pour les appels d’offre, développement de l’artisanat avec l’opération 5000 logements rénovés, …)

« La Bourgogne-Franche-Comté est à nouveau la seule région à perdre des emplois privés ce trimestre. Après un deuxième trimestre de baisse nette, les embauches de longue durée repartent (+ 0,9 %) en suivant la tendance nationale (+ 1,1 %). Au final, malgré un début d’année positif, la région perd plus de 1 760 postes sur un an dont la moitié dans l’intérim »

https://letrois.info/en-bref/lemploi-prive-continue-de-baisser-en-bourgogne-franche-comte/

Une nouvelle vision pour l’agglomération belfortaine

Jeudi 30 janvier 2020, nous avons profité de la dernière réunion du conseil d’agglomération pour distribuer une lettre aux élus des municipalités actuelles pour leur proposer une nouvelle façon de gérer l’agglomération belfortaine, fondée sur la volonté d’avancer, le sens du compromis et le dialogue, et bien entendu dans le respect des 3 chartes qui nous tiennent à cœur (le Pacte pour la Transition, le Pacte du pouvoir de vivre ainsi que la Charte Ethique de l’association anticor).

Nous sommes convaincus que, pour agir efficacement dans une agglomération tournée vers l’avenir, il est possible de mettre certaines différences de côté et de choisir collectivement les meilleurs choix possibles, en bonne intelligence. C’est pour cela que nous préférons proposer une présidence tournante à pour l’agglomération belfortaine plutôt que d’imposer une présidence à l’ensemble des communes environnantes, ceci afin de valoriser pareillement les rôles et les apports de Belfort, de la première couronne et de la seconde couronne de l’agglomération dans son fonctionnement quotidien et dans ses investissements.

Vous pouvez télécharger la lettre qui a été distribuée aux élus et à la presse avec ce lien.

Les conseils citoyens indépendants

Avant de découvrir demain soir deux propositions supplémentaires, revenons aujourd’hui sur l’une de celles présentées lors de notre Université citoyenne : DONNER DU POUVOIR D’AGIR AUX CITOYENS
Les Conseils de quartier sont devenus une coquille vide. Le Maire et ses adjoints omniprésents donnent le la pour justifier leurs choix sans possibilité pour les citoyens d’exprimer leur opinion. Du Rien ne se fera plus jamais sans vous, on ne retiendra que le RIEN. Les habitant.es sont pourtant les meilleurs experts du quartier sur lequel ils vivent. Il importe qu’ils réfléchissent, participent et agissent pour le devenir de leur quartier dans des espaces qui rendent possible la citoyenneté active. Nous mettrons en place ces espaces sous forme de CONSEILS CITOYENS INDÉPENDANTS qui travailleront de concert avec les mairies de quartier.
(ci-dessous l’exemple de Grenoble)

http://conseilscitoyensindependantsgrenoble.fr/