Plus de 500 listes citoyennes en France pour les prochaines municipales

Des listes citoyennes se sont constituées un peu partout dans le pays, il y en a plus de 500 selon le centre de recherches politiques de Sciences Po. 2020 en commun fait donc partie d’un vaste mouvement actuel qui cherche à replacer les habitants au centre de la politique locale, en s’appuyant sur la transparence, l’engagement et l’intelligence collective.

Nous en profitons pour relayer un article sur les réalisations de la démocratie citoyenne et participative à Saillans. C’est une petite commune de la Drôme qui fait partie de ces villes françaises où des citoyennes et citoyens se sont fait élire à la mairie en 2014. Le scrutin ayant créé la surprise, la commune drômoise a été relativement médiatisée pour cela (au même titre que Grenoble et sa tête de liste citoyenne, ou quelques autres villes encore). Cela a contribué à ce que leurs réalisations, innovantes et à l’écoute des habitants, inspirent ces milliers de personnes, non issues de la politique, qui sont actuellement engagées dans les municipales de 2020 en France pour contribuer à un avenir meilleur en s’engageant sur les vraies priorités (démocratie locale, écologie, justice sociale).

L’article est disponible ici, sur le site de Reporterre.

Quelques citations issues des interviews :

« Nous n’avions pas été élus pour mener la transition mais pour sortir de la verticalité du pouvoir, instaurer une forme de collégialité et de transparence. »

« c’est la première fois dans la vie de la commune que l’on prend réellement en compte ce thème [l’écologie]. Avant l’écologie était délaissée et considérée comme un sujet annexe ».

« Les spécialistes n’avaient jamais vu ça ! La démocratie participative accroît l’intelligence des décisions. Elle les rend plus fines et plus complexes »

Dans la presse : ‘« Il faut changer les règles du jeu »’, un article pour présenter notre liste

L’Est Républicain a publié aujourd’hui un article pour présenter notre liste et ses particularités aux électeurs de Belfort.

Voici quelques extraits des citations de Mathilde Nassar, notre tête de liste pour les municipales, qui ont été relayées dans l’article :

– « Il faut changer les règles du jeu[,] privilégier une approche collective [et] repenser tout le fonctionnement [de la politique locale]. »

– En insistant sur la démarche écologique de la liste : « C’est dans notre ADN, ce n’est pas juste cosmétique comme chez les autres »

– « La solution [aux problèmes de la ville] ne peut être que collective. »

L’article de l’Est Républicain de présentation de la liste « 2020 en commun pour Belfort », le 29 février 2020

Revue de presse début février 2020

Voici des extraits d’articles liés de près ou de loin à notre campagne, publiés récemment.

  • Un article de France Bleu, « Municipales dans le Territoire de Belfort : des salariés de General Electric candidats« , qui cite un de nos candidats :

C’est le cas à Belfort ou Alain Ogor est candidat sur la liste « 2020 en commun » de Mathilde Nassar. Le délégué CFDT se voit comme un lanceur d’alerte au sein d’une équipe municipale. « On l’a vu chez Alstom et plus récemment chez General Electric. Les syndicalistes sont des relais. On est informés en amont de ce qui va se passer. Donc, les élus locaux le seront aussi. On peut servir de relais pour l’équipe municipale. Ça peut apporter un plus en cas de grosse restructuration comme on le connait aujourd’hui chez GE », explique Alain Ogor.

https://www.francebleu.fr/infos/politique/territoire-de-belfort-des-salaries-de-general-electric-candidats-aux-municipales-1580832373
  • un article de Reporterre, « Agir localement pour changer l’avenir », qui invite les citoyens à s’investir dans la vie politique locale et en particulier pour ces élections municipales, qui est exactement la démarche que la plupart des citoyens de ‘2020 en commun’ ont entreprise :

« C’est à l’échelon le plus local et dans la plus grande proximité que nous pourrons rénover notre démocratie », écrivent les auteurs de cette tribune. Qui en appellent à l’engagement local de toutes celles et ceux souhaitant ouvrir un nouvel horizon commun.

https://reporterre.net/Agir-localement-pour-changer-l-avenir
  • Un autre article de Reporterre, « Élections municipales, la course à l’écologie « , qui fait écho aux discours étonnant à propos de l’écologie de certains candidats locaux que vous reconnaîtrez sûrement…

Les 15 et 22 mars prochains, les près de 36.000 communes françaises renouvelleront leur conseil municipal. Le discours de tous les candidats vire au vert pour de bonnes raisons mais l’écoblanchiment n’est jamais loin. Alors que s’impose l’urgence de la transition écologique et du renouveau démocratique, Reporterre vous aide à y voir clair dans les enjeux de ce scrutin.

https://reporterre.net/Elections-municipales-la-course-a-l-ecologie
  • Un article du Trois, « Le pôle métropolitain doit imaginer le nord Franche-Comté », qui rappelle que beaucoup de facteurs de notre vie quotidienne se jouent au niveau métropolitain (attractivité de la région, hôpital, développement économique, promotion de l’innovation, transports dans l’aire urbaine, gare TGV, …), et que peu de choses ont évolué sur ce point depuis la création du pôle métropolitain Nord Franche-Comté en 2016. Repenser ce processus de création pour surmonter les difficultés et avancer concrètement fait aussi partie de notre projet, puisque Belfort a un grand rôle à jouer dans cette mise en place d’un pôle métropolitain efficace.

En 2016, le pôle métropolitain Nord Franche-Comté est mis sur les rails. Enfin. […] les atermoiements ont été nombreux. Depuis l’arrivée, en 2014, de Damien Meslot à la présidence du Grand Belfort […], le dossier devait aller vite. Finalement, la feuille de route n’a été validée que le 24 janvier 2020, à la veille des élections municipales.

https://letrois.info/a-la-une/le-pole-metropolitain-doit-imaginer-le-nord-franche-comte/
  • Alors que notre président dit avoir une révélation sur l’écologie à la veille des élections municipales, voici un exemple parmi de nombreux autres pour réaffirmer qu’il y a de nombreuses mauvaises décisions à rattraper pour avoir un minimum de crédibilité. Un article « La France ne respecte pas ses engagements de l’Accord de Paris sur le climat » de Reporterre :

M. Macron se pose en champion du climat. Mais la France ne respecte toujours pas l’Accord de Paris et n’a pas remis ses contributions rehaussées, prévues par le traité. […] La France doit aussi livrer sa feuille de route en matière d’énergie et de climat à l’Union européenne : on l’attend toujours.

https://reporterre.net/La-France-ne-respecte-pas-ses-engagements-de-l-Accord-de-Paris-sur-le-climat
  • Enfin, un article du Trois pour rappeler un autre grand enjeu de notre campagne, l’emploi. Les villes n’ont pas de nombreuses compétences dans ce domaine (qui ne relève pas des mairies dans l’organisation territoriale française), mais 2020 en commun s’engage de toutes les manières possible pour favoriser l’emploi et l’attractivité (soutien au commerce de proximité, travail sur l’attractivité de la ville, développement des circuits courts, commande locale privilégiée pour les appels d’offre, développement de l’artisanat avec l’opération 5000 logements rénovés, …)

« La Bourgogne-Franche-Comté est à nouveau la seule région à perdre des emplois privés ce trimestre. Après un deuxième trimestre de baisse nette, les embauches de longue durée repartent (+ 0,9 %) en suivant la tendance nationale (+ 1,1 %). Au final, malgré un début d’année positif, la région perd plus de 1 760 postes sur un an dont la moitié dans l’intérim »

https://letrois.info/en-bref/lemploi-prive-continue-de-baisser-en-bourgogne-franche-comte/

Venue et soutien de Julien Bayou

Bayou soutient 2020 en commun

Le secrétaire national d’Europe Ecologie Les Verts, Julien Bayou, est venu à Belfort ce jeudi 14 février pour apporter son soutien à notre liste « 2020 en commun ».

Au programme de sa visite : un passage à la mobilisation des soignants organisée à l’hôpital Nord Franche-Comté pour la défense de notre système de santé, une brève présentation d’Optymo, le réseau de transports en commun de l’agglomération qui est reconnu au niveau national pour certaines de ses innovations, puis une réunion avec l’intersyndicale General Electric sur le thème de la transition énergétique. Ensuite, des rencontres et des discussions avec les Belfortaines et les Belfortains dans les rues de la ville.

Ci-dessous, un extrait d’article de presse consacré à l’événement, puis quelques photos de la journée.

« Son profil est très intéressant. Elle fait partie de ces candidats que nous soutenons qui incarnent un vrai renouvellement et qui s’inscrivent dans une vraie transmission de l’écologie […] »

Citation de Julien Bayou, dans l’article « Bayou (EELV) soutient Nassar » publié dans l’Est Républicain du 14 février 2020
Quel accueil, à la gare TGV !
Ecologie et soutien des combats sociaux, que ce soit des grèves pour l’hôpital public ou d’autres, n’est pas du tout incompatible, bien au contraire !
Après une présentation d’Optymo et d’un voyage en bus, on test maintenant les vélos en libre service pour se rendre au prochain rendez-vous
Le tract de l’événement
Débat sur la transition énergétique, avec Julien Bayou et des membres de l’intersyndicale de Général Electric
Julien Bayou n’a pas l’air mécontent de sa venue à Belfort
A gauche, le secrétaire national EELV de 2019, Julien Bayou. A droite celui de 1989, Alain Fousseret. Au milieu? L’avenir de l’écologie à Belfort, Mathilde Nassar pour 2020enCommun
(dixit le tweet de Julien Bayou)

Une tribune pour « répondre à la double urgence climatique et sociale »

Dans une tribune du Journal du dimanche, huit responsables d’associations environnementales et de syndicats (la CGT, Oxfam, Attac, Greenpeace, …) s’allient pour appeler à « répondre à la double urgence climatique et sociale » :

En France, les crises sociale et écologique puisent leurs racines dans des décennies de politiques d’affaiblissement des acquis sociaux et des services publics, de soumission à des doctrines économiques productivistes inefficaces et destructrices, de toute-puissance du secteur financier et de cadeaux fiscaux aux multinationales les plus polluantes.

[…]

Mais nous affirmons ici une volonté de reconstruire des perspectives de transformation radicale de la société, écologique, solidaire et démocratique, fondées sur l’accès aux droits pour toutes et tous et le rejet de toute discrimination de genre, d’origine, de classe et d’orientation sexuelle. Nous appelons à une véritable transition énergétique, agricole et industrielle, c’est-à-dire une transformation profonde des façons de produire et de consommer qu’imposent les crises écologique et climatique. Nous aspirons à un meilleur partage des richesses passant par une vraie justice fiscale, l’élargissement des droits sociaux, la fin de la toute-puissance des marchés financiers et de l’influence des multinationales sur le politique.

[…]

C’est dans cette perspective que nous appelons dans les prochains mois à débattre et bâtir un projet émancipateur du 21ème siècle.

https://www.lejdd.fr/Politique/philippe-martinez-cecile-duflot-jean-francois-julliard-leur-appel-pour-la-justice-sociale-et-le-climat-3943853

2020 en commun se reconnaît pleinement dans cet appel et s’inscrit dans cette démarche. Nous faisons partie de ceux qui proposent des échappatoires à l’impasse vers laquelle nous a mené la politique récente et la financiarisation extrême de l’économie.

Car nous pensons qu’il faut savoir gravir certaines côtes pour sortir du brouillard politique ambiant et avoir enfin une vision à long terme pour notre ville