Avec le premier tour, la démocratie confinée

Merci pour vos votes !

Nous remercions les Belfortaines et les Belfortains d’avoir cru en nous, en notre façon de (re)faire de la politique et en notre programme ambitieux, et de nous avoir placé en tête des listes de gauche en ce premier tour des élections municipales 2020. En faisant cela, vous montrez avec nous qu’une autre politique est possible, citoyenne, engagée, non clientéliste et proche des habitants.


Une décision de maintien du premier tour néfaste pour la santé et la démocratie

Malheureusement, nous pensons que ce premier tour est également un signe de défaite de la démocratie. Comme vous le savez, le gouvernement a choisi de maintenir le premier tour de ces élections en dépit des risques qu’elles faisaient courir pour la santé de la population du fait de la pandémie du coronavirus SRAS-CoV-2, puis a décidé de maintenir les résultats de ces élections en dépit d’une abstention record, particulièrement marquée dans les villes proches des foyers de l’épidémie (notamment presque +50% d’abstention à Belfort : 64% d’abstention à Belfort en ce dimanche de mars 2020 contre 43% en 2014). Cette attitude témoigne d’un profond mépris pour la démocratie et pour les électeurs :
– Pour la démocratie, car on ne prend pas des décisions à la légère et contradictoire pour un scrutin qui influe directement sur la vie de toute la population.
– Pour les électeurs, car cette décision de maintien du premier tour dit à ceux qui ont choisi de ne pas aller voter pour ne pas mettre leur santé en danger (manifestement un tiers des votants à Belfort) que leur voix n’est pas importante et que l’on peut s’en passer.

Cette attitude dénote également un amateurisme certain pour la gestion des affaires de l’État (pénurie de masques, baisse du nombre de lits d’hôpitaux de près de 500 000 en 1998 à moins de 400 000 aujourd’hui en dépit de la hausse et du vieillissement de la population, des recherches sur le coronavirus ont été délaissées car jugées non prioritaires dans les logiques d’économie et d’appels à projet, une ministre de la santé qui met ses responsabilités entre parenthèses pendant l’épidémie pour candidater à une élection locale le 16 février (annonce de la candidature d’Agnès Buzyn à la mairie de Paris) alors qu’elle a pourtant avoué le 17 mars dans une interview au Monde qu’elle avait alerté l’exécutif de la gravité de la Covid-19 dès janvier 2020 et estime que le scrutin n’aurait pas dû se tenir, le qualifiant de « mascarade », etc.). En tant que citoyens qui voulons nous intéresser aux affaires de la cité, à qui l’on reproche de temps en temps de ne pas être des politiques professionnels, nous pouvons voir l’actualité récente, en dépit de ses tragédies, comme une confirmation du bien-fondé de notre démarche : si les politiques sont capables à ce point d’amateurisme, nous sommes fiers de ne pas être des politiques professionnels et nous le revendiquons.


Qu’en est-il de notre campagne ?

Pour finir, comme le second tour des élections a été repoussé conformément à nos attentes (et même si nous aurions préféré que le premier tour soit refait ultérieurement, pour que chacun puisse voter sans crainte pour sa santé ou celle de ses proches), et comme nous sommes assurés de la confiance des Belfortains qui nous ont placé en tête des listes capables de battre Meslot, nous maintenons évidemment notre candidature. Cependant, pendant ce confinement et cette pause de la vie quotidienne nationale, nous mettons également notre campagne en pause pour prendre le temps de réfléchir à la suite des événements.

A bientôt, portez-vous bien, et respectez votre bon sens et les consignes sanitaires.