Une nouvelle vision pour l’agglomération belfortaine

Jeudi 30 janvier 2020, nous avons profité de la dernière réunion du conseil d’agglomération pour distribuer une lettre aux élus des municipalités actuelles pour leur proposer une nouvelle façon de gérer l’agglomération belfortaine, fondée sur la volonté d’avancer, le sens du compromis et le dialogue, et bien entendu dans le respect des 3 chartes qui nous tiennent à cœur (le Pacte pour la Transition, le Pacte du pouvoir de vivre ainsi que la Charte Ethique de l’association anticor).

Nous sommes convaincus que, pour agir efficacement dans une agglomération tournée vers l’avenir, il est possible de mettre certaines différences de côté et de choisir collectivement les meilleurs choix possibles, en bonne intelligence. C’est pour cela que nous préférons proposer une présidence tournante à pour l’agglomération belfortaine plutôt que d’imposer une présidence à l’ensemble des communes environnantes, ceci afin de valoriser pareillement les rôles et les apports de Belfort, de la première couronne et de la seconde couronne de l’agglomération dans son fonctionnement quotidien et dans ses investissements.

Vous pouvez télécharger la lettre qui a été distribuée aux élus et à la presse avec ce lien.

Notre assemblée générale mensuelle de janvier 2020

Notre assemblée générale (AG) mensuelle de janvier s’est tenue le vendredi 24 janvier à 20h, dans la salle 327 de la Maison du peuple.

Ce fut l’occasion de présenter les dernières actualités de la campagne, de travailler en commun dans 4 ateliers (tranquillité publique, éducation, agglomération/aire urbaine, emploi et économie), et de voter à propos des 12 nouvelles candidatures, qui ont été approuvées à l’unanimité. Nous avons donc 34 personnes sur notre liste, les 11 dernières seront approuvées à l’AG de février.

Les ateliers pendant notre AG de janvier 2020

Dernier point, et non des moindres, nos 45 propositions pour faire de Belfort une ville en transition ont été validées en AG, et notre programme est donc complet. Dans sa version résumée tout du moins, car nos équipes continuent d’affiner les détails afin d’avoir le programme le plus précis possible d’ici les élections, même si notre programme n’a pas vocation à être exhaustif : nous voulons que les employé.e.s municipaux puissent pouvoir nous donner leur avis quand ils le jugent nécessaires. Puisqu’ils ont eux aussi une grande expérience de la vie belfortaine au quotidien, nous préférons dialoguer avec eux que leur imposer des programmes abstraits, trop techniques ou trop idéologiques par le haut.

Comme d’habitude, l’ambiance était agréable, et nous sommes je crois tous contents de pouvoir travailler ensemble dans cette atmosphère constructive et bienveillante. N’hésitez pas à nous rejoindre pour la prochaine, le samedi 15 février à 10h. Cela sera comme toujours l’occasion de découvrir qu’il est réellement possible de faire de la politique de façon transparente, démocratique et à l’écoute des idées de tous ceux qui se reconnaissent dans notre démarche.

Petit buffet, une AG ce n’est pas que de l’écoute passive, il y a aussi des pauses, des débats et des discussions collectives 🙂

Pourquoi un changement de nom pour ‘2020 en commun’

Voici le communiqué de presse que nous avons transmis aujourd’hui aux journaux :

La liste « Belfort en commun 2020 » change de nom pour devenir « 2020 en commun ». Ce changement est contraint.

Le nom « Belfort en Commun » a été déposé à l’INPI, le 3 novembre, pour le compte du collectif par un membre de la GRS de Bastien Faudot. Lorsque GRS a quitté notre collectif, cet individu a conservé la propriété du nom malgré ses engagements. Et il a initié une procédure judiciaire à l’encontre de notre tête de liste Mathilde Nassar pour nous interdire d’utiliser le nom « Belfort en commun ». Il a en parallèle provoqué la désactivation par Facebook de notre page « Belfort en commun 2020 ».

Nous ne souhaitons pas, pour notre part, voir notre campagne entravée par de telles manœuvres. Nous souhaitons encore moins que des listes se réclamant des valeurs de gauche se lancent dans des querelles qui révulsent les électrices et les électeurs.

Profitons de cette occasion pour clarifier notre position : nous regrettons cette division de la gauche au premier tour. Mais nous ne ferons pas le jeu du maire sortant. Fidèles à nos valeurs, nous ne nous tromperons pas d’adversaire : au cas où nous ne serions pas en tête des listes portant les valeurs de gauche à l’issue du premier tour, nous nous retirerions sans conditions, et nous invitons les autres à la même clarté. Nous nous en remettons aux Belfortains et Belfortaines pour choisir quelle équipe préparera le mieux l’avenir de la ville en répondant aux enjeux écologiques, sociaux et démocratiques.

En choisissant de renommer notre liste « 2020 en commun », nous affirmons notre volonté de poursuivre la dynamique engagée. C’est en commun que nous construirons l’avenir pour Belfort et c’est le bien commun que nous défendrons, dans le souci de la transparence et de la coopération.

La liste « 2020 en commun » est plus que jamais une liste citoyenne, écologiste et humaniste, avec un engagement déterminé de nombreuses citoyennes et citoyens, d’Europe Ecologie Les Verts et de la France Insoumise. Elle tient son assemblée générale mensuelle ce vendredi à 20h à la maison du peuple ; cette réunion, dont le but est de valider le programme et de présenter de nouveaux candidats de la liste, est ouverte à toutes et tous.


Une courte vidéo pour vous aider à y voir plus clair 🙂

Une tribune pour « répondre à la double urgence climatique et sociale »

Dans une tribune du Journal du dimanche, huit responsables d’associations environnementales et de syndicats (la CGT, Oxfam, Attac, Greenpeace, …) s’allient pour appeler à « répondre à la double urgence climatique et sociale » :

En France, les crises sociale et écologique puisent leurs racines dans des décennies de politiques d’affaiblissement des acquis sociaux et des services publics, de soumission à des doctrines économiques productivistes inefficaces et destructrices, de toute-puissance du secteur financier et de cadeaux fiscaux aux multinationales les plus polluantes.

[…]

Mais nous affirmons ici une volonté de reconstruire des perspectives de transformation radicale de la société, écologique, solidaire et démocratique, fondées sur l’accès aux droits pour toutes et tous et le rejet de toute discrimination de genre, d’origine, de classe et d’orientation sexuelle. Nous appelons à une véritable transition énergétique, agricole et industrielle, c’est-à-dire une transformation profonde des façons de produire et de consommer qu’imposent les crises écologique et climatique. Nous aspirons à un meilleur partage des richesses passant par une vraie justice fiscale, l’élargissement des droits sociaux, la fin de la toute-puissance des marchés financiers et de l’influence des multinationales sur le politique.

[…]

C’est dans cette perspective que nous appelons dans les prochains mois à débattre et bâtir un projet émancipateur du 21ème siècle.

https://www.lejdd.fr/Politique/philippe-martinez-cecile-duflot-jean-francois-julliard-leur-appel-pour-la-justice-sociale-et-le-climat-3943853

2020 en commun se reconnaît pleinement dans cet appel et s’inscrit dans cette démarche. Nous faisons partie de ceux qui proposent des échappatoires à l’impasse vers laquelle nous a mené la politique récente et la financiarisation extrême de l’économie.

Car nous pensons qu’il faut savoir gravir certaines côtes pour sortir du brouillard politique ambiant et avoir enfin une vision à long terme pour notre ville

Les listes citoyennes et le renouveau de la politique ?

Une des inspirations qui ont donné naissance au collectif 2020 en commun est l’élection de plusieurs listes citoyennes en France aux élections municipales de 2014, par exemple à Saillans dans la Drôme, ou à Grenoble.

Nous n’avons pas été les seul.e.s intéressé.e.s par ce phénomène, puisque nombreuses sont les listes citoyennes qui sont candidates aux prochaines municipales. On peut par exemple citer le site www.actioncommune.fr/, qui répertorie une partie des ces initiatives en France et a contribuer à développer ce processus. Nous pouvons notamment citer la liste Mulhouse cause commune juste à côté de chez nous.

Mais attention, comme le mentionne cet intéressant article de Reporterre :

La démocratie participative a le vent en poupe, la liste citoyenne est devenue tendance… pour le meilleur et pour le pire. La République en marche conseille par exemple à ses candidats « dans une commune (où) La République en Marche sous-performe, (…) de faire campagne sur une étiquette de rassemblement / société civile. » « Le « citizen washing » est excessivement fort, constate Élisabeth Dau. On retrouve les mots « commun » et « citoyen » partout dans la campagne, comme un label pour redorer un blason tâché. Il faut y regarder à deux fois. » Comme elle, de nombreux acteurs de la démocratie directe préfèrent parler de « listes participatives », « qui n’attendront pas d’être au pouvoir pour mettre en place un processus démocratique, et qui font campagne autrement ».

https://reporterre.net/Aux-municipales-les-citoyens-se-lancent-a-l-assaut-des-mairies

Vous allez en effet probablement trouver des adjectifs « citoyen » et « citoyenne » dans plusieurs listes, à Belfort ou ailleurs. Cependant, quand on s’intéresse aux détails des formations de ces listes, on peut trouver de nombreux candidat.e.s « sans partis » mais professionnel.le.s de la politique, qui étaient jusqu’à il y a peu (ou peut-être que ces personnes le sont toujours…?) encarté.e.s dans ces anciens grands partis politiques qui ont conduit petit à petit au désenchantement des citoyennes et des citoyens pour la politique et la démocratie contemporaine. Notre liste se veut vraiment inclusive, transparente, démocratique et conviviale, loin des conflits d’intérêts et des pratiques urbanistiques d’un autre temps. Mais ici ce ne sont que des mots, venez vous faire votre propre idée sur notre fonctionnement ! par exemple lors de notre prochaine assemblée générale (vous pourrez comme tout le monde voter et exprimer votre avis), le 24 janvier 2020 à la maison du peuple de Belfort, salle 327, ou simplement faites un rapide tour à notre local de campagne pendant les horaires de permanence (pour l’instant, tous les matins sauf le dimanche, de 10h à 12h).

Une de nos assemblées générales