Dans les journaux : « ‘Belfort en commun’ se transforme en liste »

Voici l’article de l’Est Républicain du 16 décembre 2019 à propos du dépôt de notre liste pour les prochaines municipales :


Mathilde Nassar, à sa tête, s’est officiellement déclaré candidate à la mairie de Belfort au sein d’un premier groupe de 22 candidats où l’on retrouve Europe Écologie Les Verts et la France Insoumise.

Le collectif « Belfort en commun » a présenté, vendredi soir, une première liste de 22 candidats pour les prochaines élections municipales à Belfort. On y retrouve cinq candidats Europe Écologie Les Verts (EELV), dont un conseiller municipal d’opposition sortant, René Schmitt, cinq candidats de la France Insoumise (FI) et douze candidats n’étant pas membres d’un parti politique.

Le nom de la tête de liste a été annoncé. Il s’agit de Mathilde Nassar, 39 ans, enseignante après avoir été directrice adjointe de la bibliothèque municipale de Belfort. Mme   Nassar a été très active dans le collectif « Culture pour Tous », créé pour défendre le budget de la bibliothèque locale. Elle n’est pas encartée dans un parti et n’a jamais eu de responsabilité politique.

Créé après les élections européennes sous l’impulsion d’EELV, le collectif est en discussion avec « Belfort 2020 » de Samia Jaber et accueillait en son sein les membres du GRS de Bastien Faudot. Ces derniers l’ont quitté pour travailler à leur propre liste de leur côté.

Liste encore ouverte

« Nous avons présenté 22 candidats mais il y en aura 45. Notre liste est ouverte et le restera jusqu’au bout. Ce n’est pas figé », répond Mme   Nassar à qui les dangers d’une forte division de la gauche au premier tour n’échappent pas (il faudra 10 % des suffrages exprimés pour être présent au second).

Trois priorités se dégagent de son discours : « l’environnement, le social, la démocratie ». « Ce sont trois urgences qui sont liées. La transition écologique nécessite d’adopter une vision à long terme, là où la gestion politique actuelle ne dépasse pas le court terme. Les deux tiers de la question de la transition énergétique concernent les communes. Il faut redonner aux Belfortains le pouvoir de vivre, qui est quelque chose qui va au-delà du pouvoir d’achat. Les gens aux revenus modestes sont majoritaires à Belfort. Il y a, enfin, une urgence démocratique. Il faut impliquer les gens, que les citoyens se réapproprient la chose publique », dit-elle.

Tous les candidats présentés par le collectif « Belfort en commun » ont signé la charte éthique Anticor et se sont engagés à respecter deux pactes, pour « la transition énergétique » et « le pouvoir de vivre ». Vendredi soir, dans son discours, Mme   Nassar a évoqué, comme mesure concrète sa volonté de procéder à la rénovation énergétique de 2000 logements à Belfort lors du prochain mandat et de « reconstruire un projet éducatif » municipal.