Premier tract

Vous pourrez trouver ci-dessous notre premier tract, qui donne un première idée de la politique que nous désirons mener : des mesures justes, qui ciblent le plus grand nombre, pour réaliser véritablement une transition sociale et écologique.


Notre premier tract, avec nos 14 premières proposition (recto)
Notre premier tract, avec nos 14 premières proposition (recto)
Notre premier tract, avec la présentation de notre collectif et de notre tête de liste, Mathilde Nassar
Notre premier tract, avec la présentation de notre collectif et de notre tête de liste, Mathilde Nassar (verso)

Si vous le désirez, vous pouvez également télécharger le tract en cliquant ici (en version PDF).

Dans les journaux : « ‘Belfort en commun’ se transforme en liste »

Voici l’article de l’Est Républicain du 16 décembre 2019 à propos du dépôt de notre liste pour les prochaines municipales :


Mathilde Nassar, à sa tête, s’est officiellement déclaré candidate à la mairie de Belfort au sein d’un premier groupe de 22 candidats où l’on retrouve Europe Écologie Les Verts et la France Insoumise.

Le collectif « Belfort en commun » a présenté, vendredi soir, une première liste de 22 candidats pour les prochaines élections municipales à Belfort. On y retrouve cinq candidats Europe Écologie Les Verts (EELV), dont un conseiller municipal d’opposition sortant, René Schmitt, cinq candidats de la France Insoumise (FI) et douze candidats n’étant pas membres d’un parti politique.

Le nom de la tête de liste a été annoncé. Il s’agit de Mathilde Nassar, 39 ans, enseignante après avoir été directrice adjointe de la bibliothèque municipale de Belfort. Mme   Nassar a été très active dans le collectif « Culture pour Tous », créé pour défendre le budget de la bibliothèque locale. Elle n’est pas encartée dans un parti et n’a jamais eu de responsabilité politique.

Créé après les élections européennes sous l’impulsion d’EELV, le collectif est en discussion avec « Belfort 2020 » de Samia Jaber et accueillait en son sein les membres du GRS de Bastien Faudot. Ces derniers l’ont quitté pour travailler à leur propre liste de leur côté.

Liste encore ouverte

« Nous avons présenté 22 candidats mais il y en aura 45. Notre liste est ouverte et le restera jusqu’au bout. Ce n’est pas figé », répond Mme   Nassar à qui les dangers d’une forte division de la gauche au premier tour n’échappent pas (il faudra 10 % des suffrages exprimés pour être présent au second).

Trois priorités se dégagent de son discours : « l’environnement, le social, la démocratie ». « Ce sont trois urgences qui sont liées. La transition écologique nécessite d’adopter une vision à long terme, là où la gestion politique actuelle ne dépasse pas le court terme. Les deux tiers de la question de la transition énergétique concernent les communes. Il faut redonner aux Belfortains le pouvoir de vivre, qui est quelque chose qui va au-delà du pouvoir d’achat. Les gens aux revenus modestes sont majoritaires à Belfort. Il y a, enfin, une urgence démocratique. Il faut impliquer les gens, que les citoyens se réapproprient la chose publique », dit-elle.

Tous les candidats présentés par le collectif « Belfort en commun » ont signé la charte éthique Anticor et se sont engagés à respecter deux pactes, pour « la transition énergétique » et « le pouvoir de vivre ». Vendredi soir, dans son discours, Mme   Nassar a évoqué, comme mesure concrète sa volonté de procéder à la rénovation énergétique de 2000 logements à Belfort lors du prochain mandat et de « reconstruire un projet éducatif » municipal.

Les chartes signées par les candidats

Le collectif 2020 en commun a voulu prendre des engagements forts à propos de la politique qu’il souhaitait engager. Tous les candidats inscrits sur la liste de 2020 en commun ont signé 3 chartes :

Ci-dessous, voici un bref aperçu de ces 3 chartes (n’hésitez pas à cliquer sur les liens précédents si vous souhaitez en savoir plus) :


Le Pacte pour la Transition vise à proposer 32 mesures concrètes pour construire des communes plus écologiques et plus justes. Ces mesures ont été rédigées par une cinquantaine d’organisations, une large consultation citoyenne et un comité d’expert·es. Les citoyen⋅e⋅s pourront ensuite suivre et accompagner les municipalités dans la mise en œuvre des engagements pris, tout au long.


Le Pacte du pouvoir de vivre contient 66 mesures qui se rassemblent en 4 axes :

  • Donner à chacun le pouvoir de vivre, dans un cadre commun en protégeant notre avenir et celui des générations futures ;
  • Remettre l’exigence de justice sociale au coeur de l’économie ;
  • Préparer notre avenir en cessant de faire du court terme l’alpha et l’oméga de nos politiques publiques ;
  • Enfin, partager le pouvoir pour que chacun puisse prendre sa part dans la transformation de nos vies.

L’association anticor, contre la corruption et pour l’éthique en politique, propose 30 mesures pour rendre les municipalités plus démocratiques. Ces mesures visent à renforcer la disponibilité des élus et la transparence de l’action publique, prévenir les conflits d’intérêts, reconnaître le rôle des élus minoritaires, lutter contre la corruption, contrôler davantage l’action municipale et enfin améliorer la participation des citoyens aux décisions locales.


Ces sur ces fondations solides que nous souhaitons construire la ville de demain.

Les conseils citoyens indépendants

Avant de découvrir demain soir deux propositions supplémentaires, revenons aujourd’hui sur l’une de celles présentées lors de notre Université citoyenne : DONNER DU POUVOIR D’AGIR AUX CITOYENS
Les Conseils de quartier sont devenus une coquille vide. Le Maire et ses adjoints omniprésents donnent le la pour justifier leurs choix sans possibilité pour les citoyens d’exprimer leur opinion. Du Rien ne se fera plus jamais sans vous, on ne retiendra que le RIEN. Les habitant.es sont pourtant les meilleurs experts du quartier sur lequel ils vivent. Il importe qu’ils réfléchissent, participent et agissent pour le devenir de leur quartier dans des espaces qui rendent possible la citoyenneté active. Nous mettrons en place ces espaces sous forme de CONSEILS CITOYENS INDÉPENDANTS qui travailleront de concert avec les mairies de quartier.
(ci-dessous l’exemple de Grenoble)

http://conseilscitoyensindependantsgrenoble.fr/