Notre document d’orientation pour une transition écologique et climatique

Un mois après notre première assemblée générale, et de nombreuses réunions de travail hebdomadaire ouvertes à toutes et à tous, nous avons validé nos premiers documents d’orientation au cours de notre seconde AG, le 17 octobre 2019. Voici celui concernant la transition écologique et climatique :


Dérèglement climatique, menaces grandissantes sur la biodiversité, a;eintes multiples à la santé, raréfaction des ressources naturelles : ces phénomènes résultent tous, d’une façon ou d’une autre, d’un modèle de développement basé sur l’exploitation sans mesure de biens communs considérés comme inépuisables. Ce système met en péril la survie de l’humanité.
Cette survie est l’affaire de tous, y compris celle des communes qui doivent intégrer l’urgence écologique et climatique dans les compétences qui sont les leurs : gestion de l’eau, des déchets, organisation du transport et des mobilités, logement, circuits courts, environnement quotidien .
Agir dans les domaines de compétences de la commune ne suffira pas. Les défis auxquels
l’humanité est confrontée exigent une révolution démocratique dont les communes peuvent être les pionnières. Ce projet est possible si l’action publique dans son ensemble s’empare du défi écologique à relever.
C’est la raison pour laquelle nous faisons le choix de nous engager dans une démarche de ville en transition vers un nouveau modèle de société, en nous concentrant sur quelques orientations prioritaires : favoriser l’économie locale et circulaire, valoriser le modèle du partage, faire primer la santé des habitants, lutter contre le gâchis, protéger la biodiversité, préserver les ressources naturelles qui sont notre patrimoine commun.
L’écologie s’appuie sur l’implication et la responsabilité de chacun. Ce sont des choix de long terme qu’il s’agit aujourd’hui d’engager en privilégiant l’approche incitative, l’information et la sensibilisation des citoyens plutôt que la contrainte : c’est la clé d’une écologie populaire.


Notre document d’orientation pour une transition sociale et solidaire

Un mois après notre première assemblée générale, et de nombreuses réunions de travail hebdomadaire ouvertes à toutes et à tous, nous avons validé nos premiers documents d’orientation au cours de notre seconde AG, le 17 octobre 2019. Voici celui concernant la transition sociale et solidaire :


Face à l’urgence climatique, aux défis de l’avenir, face aux difficultés croissantes que vit la population belfortaine, il faut une ambition forte et nous ne proposons rien de moins qu’un changement de modèle de société. 2020 en commun veut en effet mettre en oeuvre une transition sociale et solidaire, seule à même de répondre aux problématiques de paupérisation, de chômage, de creusement des inégalités, de diminution de l’offre culturelle, de mal-logement etc. créées par un ultra-libéralisme destructeur…et à leurs conséquences, que sont la précarité, l’isolement, la solitude. Face à ce qui se passe à GE, ce qui menace chez PSA, l’Aire urbaine doit porter une ambition économique nouvelle. C’est pourquoi notre objectif est de redonner aux gens du pouvoir de vivre, c’est-à-dire les moyens de mener une vie digne, décente, de trouver leur place. Le pouvoir de vivre, c’est aussi le droit d’échapper à la monotonie des jours, le droit au loisir, à la culture, au respect, à la considération.
Redonner du pouvoir de vivre suppose d’agir sur différents tableaux, mais avec une constante : la nécessité de recréer du lien social, des réseaux de solidarité et d’échange. Les services publics qui en sont l’un des premiers vecteurs seront donc logiquement au cœur de nos propositions.
Une attention particulière sera apportée à la question des femmes, de leur place, de leurs droits et de leurs difficultés, ainsi qu’à la jeunesse. L’éducation sous toutes ses formes (de la petite enfance à la formation tout au long de la vie) nous semble devoir être une priorité affichée de la future municipalité. Enfin, afin de lutter contre les inégalités territoriales, nous insisterons sur une logique de proximité : les solutions doivent aller vers
les gens pour répondre directement à leurs besoins.
Pour chacun des domaines de cette transition sociale et solidaire (Pauvreté, dignité et santé ; emploi ; éducation, jeunesse et avenir ; habitat et cadre de vie ; tranquillité publique et citoyenneté ; culture, sports et loisirs ; dépendance et personnes âgées), nous formulerons des propositions qui soient cohérentes avec les autres orientations fixées par l’appel de 2020 en commun. C’est pourquoi notre but est d’associer, dans chacune des
mesures proposées, des impératifs écologiques et environnementaux et la nécessité de l’implication citoyenne.
C’est ainsi, en articulant transition écologique, sociale et démocratique, que nous parviendrons à faire de Belfort une ville modèle, une ville laboratoire, porteuse d’espoir bien au-delà du cadre de notre région, et capable de surmonter l’ensemble des obstacles qui se présenteront à elle.


Notre document d’orientation pour une transition démocratique et citoyenne

Un mois après notre première assemblée générale, et de nombreuses réunions de travail hebdomadaire ouvertes à toutes et à tous, nous avons validé nos premiers documents d’orientation au cours de notre seconde AG, le 17 octobre 2019. Voici celui concernant la transition démocratique et citoyenne :


Abstention, montée de l’extrême droite en Europe mais aussi mouvement des Gilets jaunes sont autant de facettes de l’importante crise du poli’que que nous connaissons actuellement. Celle-ci doit nous conduire à me=re au premier plan de nos préoccupations le rétablissement de la confiance entre les citoyens et leurs représentants élus, pour dépasser l’opposition basique entre les élites et le peuple, les jugements caricaturaux sur des élus
forcément déconnectés ou corrompus, le sen’ment d’impuissance ou d’abandon des populations. Il s’agit donc, par des actes et non des discours, de rétablir un réel fonctionnement démocratique à l’échelle de la Ville, seul garant des libertés individuelles et publiques. Cela ne peut se faire qu’en redonnant toute leur place aux organisations collectives que sont les associations, les clubs, les syndicats, les partis et en encourageant toutes les formes de regroupement de celles et ceux qui cherchent à s’impliquer dans la vie citoyenne.
NOUS VOULONS DONC REVITALISER LE POUVOIR DÉMOCRATIQUE DE LA POPULATION BELFORTAINE en sollicitant par différents moyens l’implication citoyenne dans l’élaboration de l’action municipale mais aussi dans sa mise en oeuvre, en nous appuyant sur les énergies citoyennes (majoritaires mais aussi d’oppositions) pour alimenter le débat démocratique local. Dans cet esprit, nous travaillons depuis le mois d’août à l’élabora’on d’une nouvelle gouvernance locale qui s’appuiera sur trois dimensions de la démocratie participative et de proximité :
— la TRANSPARENCE, pour garantir la juste informa’on des populations
— la PARTICIPATION, pour que la vie citoyenne soit l’affaire de toutes et tous
— le POUVOIR D’AGIR DES CITOYENS, pour permettre aux gens de s’impliquer vraiment.


Dans les journaux : ‘Belfort en commun : « Maude Clavequin fait le contraire de notre démarche »’

Un article du journal en ligne Le Trois, qui résume notre position et notre façon de penser :

Pour Belfort en commun, la porte est ouverte à tout le monde, excepté au Front national, à Damien Meslot et aux Macron-compatibles. « C’est fatigant d’entendre des gens se réclamer de l’écologie et de gauche et qui font pourtant le contraire », tance Alain Fousseret. « Je comprends qu’elle soit mal à l’aise avec notre projet, car elle a fait le contraire de notre démarche, analyse-t-il, avant de résumer : Rassemblez-vous, mais autour de moi. » De son côté, Belfort en commun affirme une nouvelle démarche : la construction du projet, puis la mise en place d’une liste et d’une tête de liste. « Elle va à l’inverse de l’attente des gens », estime Mathilde Nassar, l’autre porte-parole du collectif, qui insiste sur la réflexion autour d’une « nouvelle forme de gouvernance ».

https://letrois.info/actualites/belfort-en-commun-maude-clavequin-fait-le-contraire-de-notre-demarche/

Nous espérons toujours pouvoir proposer une liste unique de gauche pour les prochaines élections municipales, axée sur les idées de justice sociale et climatique et ouverte à toutes les personnes désireuses de s’engager, et nous travaillons dans ce sens.