Le second tour des municipales

Le gouvernement actuel, après avoir pris des décisions très discutables depuis le début de la pandémie, a choisi d’organiser le second tour de l’élection municipale en juin, mais interdit de faire campagne… Cela a-t-il un sens ? Qu’est-ce qu’une élection sans débat, sans confrontation d’idées, sans discussion avec la population ???

Une élection dans ces conditions vont à l’encontre de tout ce pour quoi nous nous battons : une transition démocratique, pour une politique transparente, proche des gens, à l’écoute de leurs idées et de leurs problèmes, et qui limite l’isolement et l’aveuglement des élus.

Cela dit, nous n’avons d’autre choix que de participer ou non à ce second tour, et nous avons une responsabilité vis-à-vis de nos électeurs qui nous ont placés en première position parmi les listes d’opposition au maire sortant. Et laisser l’ancien maire régner encore 6 ans de plus sur Belfort serait une catastrophe, surtout dans les circonstances actuelles qui exigent une volonté politique forte et des mesures audacieuses.

Ci-dessous, notre communiqué de presse, repris notamment par l’Est Républicain :


Nous avons déjà exprimé nos critiques sur la tenue du second tour de l’élection municipale du 28 juin (cf Est républicain du 23 mai). Nous avons néanmoins décidé d’aller au but de notre combat, par loyauté d’abord pour les électeurs qui nous ont fait confiance, et parce qu’en nous plaçant en tête des listes d’opposition, ils nous ont donné une responsabilité particulière.

Belfort va devoir affronter des moments très difficiles sur le plan économique et social. Le tissu des PME est mis à mal, le petit commerce déjà fragile a été gravement impacté, la situation chez Général Electric s’est considérablement aggravée et la pauvreté continue à augmenter : tout cela demandera des ruptures radicales avec les attitudes passées.

Nous sommes ouverts aux discussions avec les autres listes, dans la transparence, sans pour autant nous fourvoyer dans les combinaisons et compromissions du passé, afin de donner toutes les chances à une alternative au système mis en place Damien Meslot. Sa réélection signifierait en effet 6 ans de perdus pour notre ville !

Il faut tirer toutes les leçons de la catastrophe : le temps est venu de changer de monde, de replacer l’être humain et l’environnement au cœur des priorités, de ne plus dépendre des seules attentes de la finance, de défendre les communs, de protéger les plus fragiles, de planifier la satisfaction des besoins et d’assurer une réelle transition écologique. Nous devons permettre à Belfort d’engager sans plus tarder les changements dont sa population a plus besoin que jamais et faire entendre une voix différente, porteuse d’une réelle exigence démocratique, écologique et solidaire. Une autre ville est possible !

Communiqué de presse : Sécurité, droits de l’Homme et libertés publiques sont inséparables !

logo de 2020 en commun

Communiqué suite à la décision de D. Meslot de suspendre la coopération entre police nationale et municipale :

« La déclaration de monsieur le maire estimant “disproportionnée” la procédure engagée par monsieur le procureur de la République contre deux policiers municipaux (Est républicain des 6 et9 mai) était déjà très inquiétante. Elle sonnait comme un refus de voir son action à la tête de la police municipale être soumise au contrôle des autorités judiciaires. Sa décision, rendue publique aujourd’hui, de suspendre l’essentiel de la coopération entre la police municipale et la police nationale, est d’une gravité exceptionnelle. Elle compromet la sécurité de la population et menace ses libertés. Il ne nous appartient pas d’anticiper les résultats de l’enquête en cours sur l’action des deux policiers incriminés, qui ont droit eux aussi à la présomption d’innocence, mais le problème a maintenant changé de nature. Dans les moments difficiles et douloureux qu’elle traverse, la population belfortaine, comme l’ensemble des Français, est confrontée à des limitations tout à fait exceptionnelles de ses droits et libertés traditionnels. Limitation du droit de sortie, de déplacement, de réunion, de manifestation donnent aux responsables en place des pouvoirs exorbitants. Ces limitations sont acceptables, tant qu’elles s’exercent dans le respect du droit par ceux qui sont chargés de veiller à leur application. L’action de la police municipale doit pouvoir être vérifiée et contrôlée, par son employeur et par la justice le cas échéant. Mais avec la décision qu’il a prise, Damien Meslot ne semble-t-il pas proclamer très simplement qu’il couvrirait inconditionnellement tous les dérapages éventuels, au détriment des libertés de l’ensemble de la population ?

Suspendre l’action conjointe des différentes polices met en danger la sécurité des Belfortaines et Belfortains. Nous réaffirmons notre attachement aux liens indestructibles qui doivent unir sécurité de la population, droits de l’homme et libertés publiques sous le contrôle d’autorités judiciaires libres et indépendantes. Nous demandons à D. Meslot de revenir sur sa décision et de permettre à la justice de faire son travail. »

Le déconfinement à Belfort : restreindre le travail de la justice plutôt qu’aider ses habitants, le choix du maire

Il y a beaucoup de choses à dire sur le déconfinement qui se réalise actuellement à Belfort :

Le maire a en effet d’autres priorités :

  • ne pas se déplacer à l’audience à laquelle il était attendu en temps que témoin, dans l’affaire des faux tracts diffusés lors des élections législatives de 2017 par son directeur de campagne, Ian Boucard

« le maire de Belfort Damien Meslot ne s’est pas présenté au tribunal de Besançon mercredi […] « C’est un très mauvais signal envoyé par M.Meslot », a ajouté le procureur. »

Trois ans d’inéligibilité requis contre le député Ian Boucard, l’Est Républicain

On se souviendra que Damien Meslot n’a jamais eu des relations très cordiales avec la justice, comme le relate sa condamnation en 2009 pour outrage a magistrat et la « théorie du complot » dont il se plaint dans une autre affaire qui le concerne directement.

Invitation à rester en lien : tricotons ensemble

Créer du lien est plus que jamais nécessaire en cette période qui reste difficile.

Le collectif 2020 en commun pour Belfort vous invite à chercher dans vos placards aiguilles, crochets, tricotins, pelotes, fils, … et créer une ou plusieurs pièces selon vos envies (format carré ou rectangulaire, taille et coloris au choix)

Dès que les conditions sanitaires seront propices, nous récolterons les productions, les assemblerons et les installerons dans la ville, aux yeux de tous.

Nous souhaitons à travers ce projet qu’il reste aussi de ce printemps 2020 une image colorée, chaleureuse et collective !

DÉBUTANT.E.S OU AS DU TRICOT, JEUNES OU MOINS JEUNES : À VOS AIGUILLES !

Vous pouvez également diffuser notre affiche, disponible au format pdf

1er mai : masqués mais pas muets

Suite à notre appel pour manifester autrement lors d’un 1er mai confiné, voici les photos de notre pont en rouge : Tissus rouge sur le pont, banderoles, manif’ au balcon, hashtag, chansons… ne laissons pas confisquer la fête des travailleurs.

Et quand ce n’est pas sur le pont Legay, chacun dans son quartier :

En conclusion : une belle réussite des ponts rouges à Belfort. On est heureux que l’initiative ait parlé à tant de gens.

1er mai : opération pont rouge

Dans une semaine, nous serons le 1er mai, et pour la première fois nous ne pourrons pas manifester. Mais nous vous proposons de venir, tout au long de la journée et lors de votre heure de sortie autorisée, accrocher au pont Legay un morceau de tissu rouge, pour que la ville garde la trace d’une belle mobilisation malgré la situation actuelle.

Car nous avons plus que jamais besoin d’action collective et de solidarité. Il est essentiel de continuer à lutter pour des conditions de travail dignes pour toutes et tous, comme de rendre hommage aux travailleurs et travailleuses qui sont en première ligne.

Relayez largement autour de vous !