best free css templates

PROPOSITION DÉTAILLÉE

RENOUER LE LIEN ENTRE L'ACTION SOCIALE, CULTURELLE ET L'ÉDUCATION POPULAIRE

Proposition

Nous voulons redonner un sens et une mission forte aux Maisons de quartier et aux Centres socioculturel, qui correspondent aux besoins des territoires. Ces structures doivent retrouver leur mission d'éducation populaire, celle qui vise l'épanouissement individuel et collectif et la capacité à vivre en société. Ces structures, en lien avec les "mairies de quartiers", deviendront des outils majeurs d'une politique de développement social. Elles doivent porter des projets ambitieux sur les champs de l'éducation à la citoyenneté, d'exercice du vivre ensemble, de sensibilisation à la protection de l'environnement et à la préservation des biens communs ainsi que de pratiques artistiques et culturelles. Leur autonomie sera renouvelée, et la structure Oïkos, sera au service de ce nouveau projet.

Pour quelles raisons

Les maisons de quartier et Centres socioculturels n'ont plus d'autonomie. Si la mutualisation de fonctions supports et des moyens matériels sont une bonne logique, celle de la centralisation de la vie associative et le contrôle permanent de la ville sur celle-ci a tué ce qu'il restait d'éducation populaire dans ces équipements au rôle pourtant indispensable.

Car effectivement, ces structures peuvent être centrales dans l'exercice retrouvé d'une citoyenneté par les habitants et pour rapprocher les citoyens de la chose publique et donc des élus.

Elles peuvent être centrales également pour établir des diagnostics sur leur territoire, être à l'écoute de celui-ci et de ses habitants. Elles peuvent donc alimenter la municipalité sur ses besoins.

Elles peuvent être centrales pour l'animation sociale, le développement des liens entre habitants et la lutte contre l'isolement, elles peuvent l'être dans la contribution à la co-éducation des jeunes publics et à la formation permanente des adultes.

Elles peuvent être les espaces de rencontre et de collaboration de tous les acteurs du territoire.

Elles peuvent être le lieu des solidarités et du portage des droits de chacun.

Elles peuvent être des espaces de médiation entre les habitants et l'art, elles peuvent favoriser et accompagner l'émergence des talents. Elles peuvent permettre la pratique d'abondantes et diverses activités culturelles et sociales.

Elles doivent plus largement contribuer au Vivre ensemble sur un territoire défini à partir du sentiment d’appartenance à un espace géographique et social.

Bénéficaires

Tous les belfortains.

Méthodes

• Par un travail sur l'autonomie : Un accompagnement sera mis en place pour permettre aux habitants de prendre leur responsabilité dans la gestion de la vie associative. Le soutien d'une fédération sera recherché pour apporter de nouveaux moyens en termes de réflexion et de formations des acteurs.
• Par une redéfinition de leur projet : Avec tous les acteurs concernés et à partir d'une connaissance fine des territoires, il sera construit dans une logique d'éducation populaire, pour la diffusion de la connaissance au plus grand nombre afin de permettre à chacun de s'épanouir et de trouver la place de citoyen qui lui revient. Le projet doit promouvoir une éducation en complément et en dehors des structures traditionnelles d'enseignement (famille) et des systèmes éducatifs institutionnels. C'est une éducation des loisirs qui reconnaît à chacun la volonté et la capacité de progresser et de se développer, à tous les âges de la vie. Elle ne se limite pas à la diffusion de la culture académique ni même à l'art au sens large, mais également aux sciences, aux techniques, aux sports et aux activités ludiques.
Tous ces apprentissages doivent être l'occasion de développer ses capacités à vivre en société : confronter ses idées, partager une vie de groupe, s'exprimer en public, écouter, se respecter, vivre ensemble.
• Par leur identification comme des espaces d'exercice de la citoyenneté : Ces structures au projet renouvelé seront le lieu d'accueil des Conseils citoyens indépendants ainsi que, dans la mesure des possibles en termes de locaux, des futures "mairies de quartier". Cette décentralisation devra permettre une meilleure écoute et prise en compte des besoins du territoire par l'élu du quartier et donc par la municipalité. Cette proximité facilitera évidemment la construction de réponses rapides aux besoins logistiques, d'entretien des espaces et de maintenance des locaux.
• Par leur reconnaissance comme actrices à la croisée des réseaux d'entraide, pour la lutte contre les précarités, pour rompre l'isolement des publics les plus fragiles et notamment des personnes âgées, pour animer le bénévolat au service de l'intérêt général et du lien social.

Vous souhaitez réagir, nous apporter une contribution, une remarque ou une suggestion ?
Contactez-nous via le formulaire ci-dessous.

© 2020 en Commun pour Belfort - Site réalisé par HABRUJE