website creation software

POSTÉ LE 25/05/2020

Le second tour des municipales

Le gouvernement actuel, après avoir pris des décisions très discutables depuis le début de la pandémie, a choisi d’organiser le second tour de l’élection municipale en juin, mais interdit de faire campagne… Cela a-t-il un sens ? Qu’est-ce qu’une élection sans débat, sans confrontation d’idées, sans discussion avec la population ???

Une élection dans ces conditions vont à l’encontre de tout ce pour quoi nous nous battons : une transition démocratique, pour une politique transparente, proche des gens, à l’écoute de leurs idées et de leurs problèmes, et qui limite l’isolement et l’aveuglement des élus.

Cela dit, nous n’avons d’autre choix que de participer ou non à ce second tour, et nous avons une responsabilité vis-à-vis de nos électeurs qui nous ont placés en première position parmi les listes d’opposition au maire sortant. Et laisser l’ancien maire régner encore 6 ans de plus sur Belfort serait une catastrophe, surtout dans les circonstances actuelles qui exigent une volonté politique forte et des mesures audacieuses.

Ci-dessous, notre communiqué de presse, repris notamment par l’Est Républicain :


Nous avons déjà exprimé nos critiques sur la tenue du second tour de l’élection municipale du 28 juin (cf Est républicain du 23 mai). Nous avons néanmoins décidé d’aller au but de notre combat, par loyauté d’abord pour les électeurs qui nous ont fait confiance, et parce qu’en nous plaçant en tête des listes d’opposition, ils nous ont donné une responsabilité particulière.
Belfort va devoir affronter des moments très difficiles sur le plan économique et social. Le tissu des PME est mis à mal, le petit commerce déjà fragile a été gravement impacté, la situation chez Général Electric s’est considérablement aggravée et la pauvreté continue à augmenter : tout cela demandera des ruptures radicales avec les attitudes passées.
Nous sommes ouverts aux discussions avec les autres listes, dans la transparence, sans pour autant nous fourvoyer dans les combinaisons et compromissions du passé, afin de donner toutes les chances à une alternative au système mis en place Damien Meslot. Sa réélection signifierait en effet 6 ans de perdus pour notre ville !
Il faut tirer toutes les leçons de la catastrophe : le temps est venu de changer de monde, de replacer l’être humain et l’environnement au cœur des priorités, de ne plus dépendre des seules attentes de la finance, de défendre les communs, de protéger les plus fragiles, de planifier la satisfaction des besoins et d’assurer une réelle transition écologique. Nous devons permettre à Belfort d’engager sans plus tarder les changements dont sa population a plus besoin que jamais et faire entendre une voix différente, porteuse d’une réelle exigence démocratique, écologique et solidaire. Une autre ville est possible ! 

© 2020 en Commun pour Belfort - Site réalisé par HABRUJE